kang plateforme freelance

Kang : la plateforme pour les travailleurs qui veulent « vivre autrement »

Publié le Publié dans Blog, Community Management, Développement, Entrepreneurs

Co-fondatrice de la marketplace Kang, Laetitia Alcover voit dans l’économie collaborative l’avenir du travail. Avec sa plateforme, l’entrepreneure souhaite lutter contre la précarité des freelances et protéger les personnes en besoin de services des mauvaises surprises.

Repenser le monde du travail. Lorsque Laetitia Alcover et Nicolas Grumbach se sont rendus compte qu’ils avaient toutes les cartes en main pour créer une plateforme de « Home skill sharing » sur internet, ils se sont jetés à l’eau. « Notre ambition première était de mettre en place les tenants de l’économie collaborative pour in fine réussir à connecter deux sphères : celle des freelances avec celle des porteurs de projets », raconte la dirigeante.

Les services proposés sont variés : webmarketing, traduction, graphisme, montage vidéo… Avec cette plateforme, Laetitia Alcover explique vouloir combler les freelances en leur donnant de la visibilité. Elle précise aussi vouloir satisfaire les clients qui choisissent Kang pour mettre en forme leurs projets. La sélection minutieuse des profils présents sur le site en témoigne.

Une plateforme qui répond aux mutations du marché du travail

La plateforme semble rendre compte des mutations connues par la sphère du travail. Alors que le salariat a longtemps était la norme, le statut des travailleurs se diversifie de plus en plus. Aujourd’hui, environ 10 % de la population active détient un autre statut. « 10% c’est environ 2,8 millions de Français. C’est beaucoup », précise-t-elle.

En créant cette plateforme, le duo d’entrepreneurs cherche à soutenir les individus présentant des « stigmates susceptibles d’être pénalisant sur le marché du travail » : avoir des enfants à charge et ne pas avoir la possibilité d’avoir une nounou, habiter loin des grandes villes, avoir des horaires différents de la norme… « Les gens qui sont freelances n’ont pas les mêmes avantages que les salariés. Kang est donc une vraie chance pour les aider à gagner en visibilité », assure-t-elle.

« Ce n’est pas parce qu’ils ont envie d’être libres, qu’ils doivent devenir des travailleurs solitaires »

Mais la startup n’est pas la seule sur ce créneau. Face à elle, d’autres entreprises comme Hopwork ont fait de la qualité de vie des freelances une vraie priorité. « Ce qui nous différencie des autres, c’est la liberté en termes de fixation des tarifs, qui est laissée aux freelances. Si Hopwork veut « libérer le travail », notre ambition est de devenir un outil qui veut impulser une dynamique vertueuse en rendant service aux personnes souhaitant vivre autrement », explique-t-elle.

Et Laetitia Alcover ne cache pas non plus sa volonté de créer une véritable communauté Kang. Les festivités comme la Kang summer Party ou le Kang cowork Tour cherchent à fédérer les freelances de la plateforme pour développer la sociabilité entre eux. Des événements qui permettent aux freelances de discuter ensemble, de se donner des conseils.

« Ce n’est pas parce qu’ils ont envie d’être libres, qu’ils doivent devenir des travailleurs solitaires. Mais ces événements ne sont surtout pas là pour établir un esprit d’entreprise, ils sont simplement là pour les soutenir dans leur activité ».

Découvrez nous aussi sur Kang :

 

Source : www.widoobiz.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *